Archives de
Auteur/autrice : JGD

Fête de la musique 2021

Fête de la musique 2021

FETE DE LA MUSIQUELUNDI 21 JUIN 2021à partir de 17 heures

Comme chaque année, le Jardin Guinguette de la Dhuys fait sa fête de la musique

La scène est ouverte à tou.te.s

On apporte son instrument, sa voix ou les deux ! … Ou juste ses oreilles…

De solides valeurs sûres seront là ! On apérotera dînatoirement… Apportez de quoi manger et boire.(pas de vaisselle jetable…)

Le jardin offrira son apéro vedette, le kir au sirop de fleurs de sureau.

Les enfants dégusteront le sirop avec de l’eau fraîche…A lundi !

Retour sur la réunion de juin, au jardin !

Retour sur la réunion de juin, au jardin !

La réunion du lundi 7 juin s’est tenue au jardin. Le compte rendu est disponible sur cette page.

De nombreux adhérents et adhérentes étaient présents. L’occasion d’échanger sur les projets passés et à venir au Jardin Guinguette.

Toutes les dates des prochains évènements sont également disponibles dans l’Agenda : concerts, Fête de la Musique, ateliers d’auto réparation des vélos, inauguration de la serre … de bons moments en perspective !

Réunion du 7 juin 2021

Réunion du 7 juin 2021

Compte rendu de la réunion du lundi 7 juin 2021

Présent.e.s :

Annick, Annie, Antoine, Baptiste, Bernadette, Catherine, Corinne, Eric, Hélène, Inès, Isabelle, Laurence B., Laurence F., Maria, Martine, Maurice, Misa, Monique, Pascale, Philippe, Pierre Mo., Saïd, Sméralda

Bilan des événements récents passés :

Fabrication du sirop de fleurs de sureau : 40 bouteilles réalisées

Théâtre au jardin avec les élèves d’Hélène : malgré la pluie diluvienne, la pièce a pu se tenir au grand plaisir des présent.e.s

Compostage : des remerciements ont été adressés à celles et ceux qui ont réalisé le (gros) travail de passage du compost d’un bac à l’autre pour sa maturation, son aération …

Concert Olivia et son groupe : magnifique après-midi et soirée

Événements à venir :

Dimanche 20 juin à 15h : Concert ukulélé Band

Lundi 21 juin de 17 h à 23 h : Fête de la Musique

Comme d’habitude, la scène est ouverte.

Apéro dinatoire. Le Jardin achètera deux kubis de vin pour offrir du kir « jardin »

Sortie « hors les murs »

Il a été suggéré de faire une sortie  « cueillette » en septembre en car ou en covoiturage. Lieu à rechercher.

Inauguration de la serre avec la participation du Crédit Mutuel

La date du samedi 25 septembre a été retenue

Accueil des enfants des adhérents et ateliers pédagogiques : en cours d’élaboration.

Les mercredis apparaissent comme les plus opportuns.

Espaces de participation : il est souhaitable que des adhérent.e.s se regroupent pour veiller à des espaces particuliers dans le jardin et à des tâches.

Espaces jeunes enfants : le groupe de parents travaille à sa réalisation. Reste encore des problèmes de conception à régler.

Entrée Jardin : les bacs placés devant le portail seront déplacés afin de ne pas faciliter l’intrusion …

Serre : la dynamique générée par la serre ne se dément pas. Après les semis, reste à amender la dernière bande de terre pour accueillir les dernières plantations.

Compostage : toujours en réflexion

Portail : Un débat s’est instauré entre le désir d’avoir un portail plus artistique et celui de garantir notre sécurité en restant discrets derrière un portail banal…

Trésorerie :

157 adhérent.e.s à ce jour. C’est un record.

2 236 € de trésorerie disponible

La question de l’autofinancement par des initiatives financières a été évoquée (vente de plants, de graines, de sirop …)

Travaux :

Réfection ou réparation du toit cuisine (fuites) à envisager assez rapidement

Toit pour abriter le bois d’œuvre

Chalet : la gouttière avant a été réparée. Reste à réparer à l’arrière.
Un réservoir est aussi à placer à l’arrivée de la gouttière au pied du chalet (les bidons-réservoirs du côté de l’évier ne sont plus accessibles)

Toilettes : réparer le chariot et la porte du seau + fenêtre

Guinguette : la réparation de la béance du poteau porteur avant gauche (de dehors) semble avoir bien fonctionné. À surveiller lors d’une forte pluie.

Plexiglas amovibles à ajouter à l’avant de la guinguette – côté tables – à examiner en octobre

Tables : besoin de renforcer leur stabilité

Jardinage : reste des arbres à palisser contre le mur

Parcelles : Un long débat sur les parcelles individuelles puisqu’à ce jour 14 adhérents sont sur la liste d’attente.

Plusieurs pistes ont été envisagées : le partage des parcelles, la rotation obligatoire au bout de 5 ans …

La perspective de supprimer progressivement, à l’instar de nombreux jardins partagés, les parcelles individuelles pour créer un jardin aux formes plus « organiques » avec des cheminements plus « ronds » et plus confortables a également été mis sur la table.

Divers :

Il a été rappelé qu’il faut veiller collectivement à l’entretien du jardin, au rangement de notre lieu de vie.

… Qu’il faut couper les végétaux en petits morceaux dans le compost.

Une adhérente va installer un réceptacle pour les bouchons dans la cuisine pour leur recyclage associatif.

Revoir la palette du bac de compostage des toilettes sèches pour rendre l’opération plus confortable.

Couvrir les bacs de maturation avec des palettes.

Un instituteur de la maternelle Travail souhaite faire une sortie scolaire de sa classe. Proposition acceptée. Une reprise de contact avec les enseignant.e.s de la maternelle Joliot-Curie est prévue par un repas au jardin avant la fin de l’année scolaire.Pour le Bureau, Hélène. —
Vous recevez ce message, car vous êtes abonné au groupe Google Groupes « jgdb.adherents.2020 ».
Pour vous désabonner de ce groupe et ne plus recevoir d’e-mails le concernant, envoyez un e-mail à l’adresse jgdb-adherents-2020+unsubscribe@googlegroups.com.
Cette discussion peut être lue sur le Web à l’adresse https://groups.google.com/d/msgid/jgdb-adherents-2020/41d7fcd9-530c-4bff-95e8-f8a77319aab6n%40googlegroups.com.

Concert Rose Bud

Concert Rose Bud

Ainsi va la vie de l’Association du Jardin Partagé de la Dhuys (« la Guinguette » !) : concert du groupe Rose Bud avec sa chanteuse Olivia qui nous a chanté avec sa chaude voix et son allant du blues, Nina Simone etc. Lavilliers, Rita Mitsuko … C’était dimanche 6 juin après-midi.

Source
Les animaux du jardin Guinguette

Les animaux du jardin Guinguette

N°1 -Chatte de jardin.

Cette page est dédiée à Guinguette la petite chatte mascotte actuelle du jardin

Photo de Guinguette prise par Pierre Morin le samedi 17 avril 2021

Le chien pense : « Les hommes me nourrissent, me protègent, m’aiment, ils doivent être des dieux. »
Le chat pense : « Les hommes me nourrissent, me protègent, m’aiment, je dois être leur dieu. » (anonyme) autrement dit : « les chiens ont des maîtres, les chats ont des esclaves »

Quelques sentences d’amoureux des chats :

« J’aime les chats parce qu’il n’existe pas de chats policiers. » a dit Jean Cocteau.

« Il y a deux moyens d’oublier les tracas de la vie : la musique et les chats » : Albert Schweitzer.

« Le plus petit des félins est une œuvre d’art ». Léonard de Vinci


Baudelaire les décrit amoureusement dans « Les chats » :

Ils prennent en songeant les nobles attitudes
 Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,
Qui semblent s’endormir dans un rêve sans fin ; 

 Leurs reins féconds sont pleins d’étincelles magiques,
Et des parcelles d’or, ainsi qu’un sable fin
Etoilent vaguement leurs prunelles mystiques. 


Et aussi dans son autre poème « Le chat» :

Viens, mon beau chat, sur mon cœur amoureux ;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d’agate
.


Les origines du chat remontent à loin. Le chat sauvage apparait au quaternaire issu d’une longue lignée de félidés. On peut penser que la sédentarisation des humains, le développement de la culture des céréales et la construction de silos pour y stocker les récoltes engendrant la prolifération de rats a permis le rapprochement entre l’homme et le chat et son apprivoisement (apprivoisement et non domestication comme pour le chien).

Une découverte à Chypre, sur le site de Sillourokampos, prouve que nos chers petits matous étaient déjà apprivoisés 7000 ans avant Jésus-Christ.

C’est une équipe de chercheurs français, dirigée par Jean Guilaine, professeur au Collège de France qui a découvert les ossements d’un Felis silvestris lybica (chat sauvage qui est l’ancêtre de nos félins domestiques actuels) dans une fosse, disposés en parallèle avec ceux d’un homme, démontrant une volonté symbolique de les lier tous deux dans l’au-delà, prouvant leur lien spécial.

Le chat était vénéré en Égypte et avait même un dieu à son image : la déesse Bastet ou Bast, au corps de femme et à la tête de chat qui était protectrice de la maison, gardienne de la santé, associée à la fécondité et aux récoltes. Personnification de la lumière et de la chaleur la déesse Bastet était la divinité la plus aimée du peuple. Mais attention sous sa forme à tête de  lionne la déesse devient la redoutable Sekhmet  Dans le Livre des Morts le chat combat le serpent Apophis et lui tranche la tête. Bastet a aussi l’estimable privilège magique de stimuler le plaisir charnel.  Le chat en tout cas protégeait effectivement très bien  les greniers et silos à grains des rongeurs pullulant dans la vallée du Nil . Il chassait aussi les serpents. Ce chat descendrait du chat sauvage africain.

La momification des petits félins prenait même une allure industrielle si on en juge les cimetières de chats retrouvés. On vendait sculptures et amulettes au temple de Bubastis en Basse Égypte et on y sacrifiait des chatons élevés en quantité pour fournir des momies bénéfiques. Malheureusement au début du 19e siècle des industriels anglais ont transportés certains de ces amas de momies en Angleterre pour en faire de l’engrais pour leurs champs (apport d’azote , potasse et phosphore). Le grand égyptologue français Mariette s’en indigne en vain. Dans la même veine les Anglais ne se sont pas gênés non plus pour récupérer les ossements des soldats et des chevaux napoléoniens enterrés dans des fosses communes à travers l’Europe. En 1847, dans son recueil Choses vues, Victor Hugo s’en indigne: «Ainsi dernier résidu des victoires de l’Empereur: engraisser les vaches anglaises!».Cupidité !( Leprincipe de la fertilisation des champs a été mis en lumière au 19e siècle, par l’agrochimiste allemand Justus von Liebig par ailleurs inventeur en 1853 du bouillon Liebig,  marque toujours actuelle spécialisée dans les soupes).

En pays musulmans le destin du chat a été plus heureux qu’en Europe chrétienne . Selon de nombreux hadiths Mahomet interdit la persécution et le meurtre des chats. D’après la légende, le chat d’Abou Huraïrah, un compagnon du Prophète, a sauvé Mahomet d’un serpent. Dans sa gratitude, Mahomet a caressé le dos et le front du chat, bénissant ainsi tous les chats. Sa chatte s’appelait Muezza.

En Europe son destin avait bien commencé. Les Germains imaginaient la déesse Freya (ou Freyja) déesse de la fertilité, la Dame (voir Frau en allemand), dans un chariot tiré par deux grands chats offerts par Thor. Le chat est aussi implanté en pays celtiques. Le héros irlandais Cuchulainn dans « Le festin de Bricriu » rencontre  trois chats druidiques.

En extrême Orient il est aussi apprécié. Au Japon le temple bouddhiste Go To Ku Ji  de Tokyo est consacré aux chats. Toutefois certains bouddhistes le considèrent come un être indifférent qui s’est endormi quand Bouddha est entré en Nirvana. C’est aussi un hypocrite (voir notre chat-fourré).

Une chatte et ses petits Mao Yi 12e siècle

Le Moyen âge occidental chrétien est beaucoup plus tragique pour ces petites bêtes qui cumuleraient des défauts. Les chats sont paresseux, dormant tout  le jour et ne chassant que la nuit dans un monde inquiétant de ténèbres. Il est lascif ayant un grand appétit sexuel à la période de reproduction.  La pupille de ses yeux est verticale comme celle des vipères. Il choque la morale.  Le chat est considéré comme hypocrite et gourmand.

Le noms des hérétiques cathares et du chat (cattus en bas latin) sont rapprochés phonétiquement (cathare vient en fait du grec katharos : pur et n’a rien à faire avec le chat). On raconte que les cathares vouent un culte à un gros chat noir, le diable déguisé. Plus tard les templiers sont accusés du même péché.

Bien sûr les moines élevaient des chats pour se protéger des rongeurs comme à la Grande Chartreuse en Isère créée en 1084. Il ne faut pas oublier que la fourrure du chartreux (je parle ici du chat et non du moine, était appréciée. La fourrure de chat est toujours vendue (voir les tanneurs suisses et surtout les élevages en Chine où divers animaux sont élevés dans des conditions abjectes).

Le chat est associé à la sorcellerie surtout s’il est noir. Le rapprochement femme et chat est habituel. L’image de la sorcière et du chat noir est une constante. Les deux hantent les sabbats. Il aurait neuf vies et le matagot ramènerait des pièces d’or à son maitre.

Le 13 juin 1233 le pape Grégoire IX (vers 1145-1241) édicte la bulle « Vox in Rama » contre la sorcellerie. Cette bulle considère le chat, de même que le crapaud, comme une incarnation du Diable. Le pape décrit un chat noir « aussi gros qu’un chien de taille moyenne », dont l’anus était embrassé par tous les présents, chacun à son tour, en commençant par le nouvel initié. Puis les lumières étaient éteintes et une orgie s’ensuivait. Que de fantasmes ! Par ailleurs ce pape instaure l’inquisition en 1231.

La tentation de saint Antoine (détail panneau de droite du triptyque) Jérôme Bosch entre 1495-1515 Ici le chat est un démon qui attrape un poisson symbole du christianisme

Mais en 1347 des rats provenant de Caffa comptoir gênois en Crimée assiégé par les Mongols débarquent à Marseille porteurs de la peste noire qui fait périr plus du tiers de la population européenne. La maladie est propagée par les puces que le rat transporte.

Le pape Innocent VII pape de 1404 à 1406 demande l’éradication des chats

En 1484 encore  Innocent VIII impose que les « sorcières » soient livrées par l’Inquisition au bûcher avec leurs félins favoris. bulle  « Summis désirantes affectibus ».

Le roi Arthur (« Estoire de Merlin ») combat un chat le Chapalu, petit chat noir qui devient énorme et monstrueux. Cette métamorphose d’un chat noir apparait souvent dans les contes.

On ensevelissait aussi vivants les chats pour assurer la solidité des bâtiments comme au  château de Combourg de Chateaubriand). On les précipitait d’une tour comme à la Kattefeest d’Ypres en Belgique  et surtout on les brûlait notamment à la Saint Jean d’été le 23 juin un peu partout en Europe selon des pratiques diverses.

Toutefois le bon peuple se régale dans le roman de Renard des aventures du goupil et de Tibert le chat.

Mais les choses changent. Le poète Du Bellay ( 1525-1560 ) pleure son petit chat gris Belaud. Léonard de Vinci aime ces félins :

Richelieu et Colbert  aiment leurs chats. En 1697, Charles Perrault (1628-1703) crée le sympathique Chat botté. Colbert ministre de Louis XIV décrète qu’il doit y avoir au moins deux chats sur les bateaux marchands pour limiter le nombre de rats bruns porteurs de peste.

La Fontaine fait du Grippeminaud un sujet de fable : « Le chat, la belette et le petit lapin »  et « Le vieux chat et la jeune souris » ou le chat s’appelle Raminagrobis comme chez Rabelais.

Mme d’Aulnoy écrit le conte « La chatte blanche » en 1697.

Au 18e siècle Louis XV interdit de brûler des chats à la Saint Jean à Paris en place de Grève.

Le chat inspire les peintres depuis la Renaissance, et ce en pleine période de chasse à la sorcière. Et il conquiert les Amériques avec les colons européens. Le musicien Scarlatti (1660-1725) dédie à sa chatte une Fugue. C’est le précurseur de Moussorgski et de Stravinsky « Berceuses du chat ».

Au contraire de ses lointains prédécesseurs le pape Léon XII aime les chats et  promet à Chateaubriand de lui céder son chat Micetto à sa mort (Mémoires d’Outre tombe). 

Avec le 19e siècle commence l’âge d’or des chats. Baudelaire, qui les adorait en laissa un portrait amoureux dans « Les Fleurs du Mal » (1857) : en deux poèmes« Le chat » et « Les chats ». Théophile Gautier est aussi un grand amoureux des chats (« Ménagerie intime » (1869). Tchaïkovski avec Marius Petipa met en scène la chatte blanche dans le ballet « La Belle au bois dormant ».

Édouard Manet : L’Olympia (détail) 1863 Le félin symbolise ici la pulsion sexuelle et la fidélité

Le chat noir lui-même est réhabilité et devient l’emblème d’un célèbre cabaret montmartrois, symbole de la vie de bohème que chante Aristide Bruant :

« Je cherche fortune
Autour du chat noir

Au clair de la lune

A Montmartre le soir ».

Mais le chat risque toujours d’être mangé car « C’est la mère Michel qui a perdu son chat ». C’est pourquoi les chats restent sur leurs gardes :

La chatte Vénus surveillant son territoire le 05 mai 2021

Colette adore les chats et surtout sa chatte blanche Kiki la doucette (voir La Chatte – 1933).

Toutefois les folkloristes qui relèvent les contes et légendes dans les campagnes dans la première moitié du 20e siècle notent encore souvent des histoires où le chat noir a une connotation maléfique. Seule la chatte blanche ou tachetée de blanc a un rôle bénéfique.

Cette angoisse se ressent encore dans la chanson de Fréhel « La peur (un chat qui miaule » (1935).

Mais actuellement le chat a le vent en poupe. Il n’est que de le voir trôner sur internet. La bande dessinée féline explose depuis Félix le chat d’Otto Messmer créé en 1919 et Tom et Jerry créé en 1940 par William Hanna et Joseph Barbera, Le chat du rabbin (2002) de Johann Sfar. A pour modèle Imhotep le chat de l’auteur. C’est un chat qui parle depuis qu’il a mangé le perroquet du rabbin.

Ce sont des animaux sympathiques au contraire des chats de Maus (souris en allemand) où les chats sont des nazis qui exterminent les souris juives, les Polonais étant des cochons.

Au cinéma Fritz le chat (1972) est un film culte des années 1970, très contre-culture et pas pour enfants. Laissons les bambins jouer à chat perché en attendant qu’ils grandissent tout en suivant depuis 1945 dans les Looney Tunes, l’inusable Titi et Grosminet (Tweety & Sylvester).

Félicette nommée d’après Félix le chat est la première chatte lancée dans l’espace en 1963 dans le cadre du programme spatial français. Cocorico, mais la fin est moins drôle, la chatte est euthanasiée deux mois après son retour pour examen de son cerveau.

La chanson n’est pas en reste depuis, en vrac,  « Le petit chat est mort » de Renaud « Le chat de la voisine » de Montand, « Un chat de Paris » des Trois Ménestrels, la comptine « Trois p’tis chats, chats, chats, chapeaux de paille… », « Jean-Philibert » de Maurane, « Brave Margot » de Brassens, « Le p’tit bout de la queue du chat » des frères Jacques, etc.

Et la chatte est toujours liée à la femme comme le démontre pour les adolescents le succès de Catwoman dans Batman.

Bref le chat a une belle carrière devant lui et, espérons le, heureuse. Et comme le dit l’artiste belge Philippe Geluck.

André MAUDET

Mai, par André Maudet

Mai, par André Maudet

Mai

Nuit du Walpurgis classique

Paul Verlaine – Poèmes saturniens 1866

Minuit sonne, et réveille au fond du parc aulique
Un air mélancolique, un sourd, lent et doux air
De chasse : tel, doux, lent, sourd et mélancolique,
L’air de chasse de Tannhauser.

Des chants voilés de cors lointains où la tendresse
Des sens étreint l’effroi de l’âme en des accords
Harmonieusement dissonnants dans l’ivresse ;
Et voici qu’à l’appel des cors

S’entrelacent soudain des formes toutes blanches,
Diaphanes, et que le clair de lune fait
Opalines parmi l’ombre verte des branches,
— Un Watteau rêvé par Raffet ! 

Le Premier mai est  le jour où l’on brûle les sorcières de l’hiver. En Alsace et en Moselle les gamins se déguisent en sorcier et font des farces.  C’est la Hexennacht, la nuit des sorcières du 30 avril au 1er mai. En Alsace du Nord la forêt de Haguenau entre Vosges et Rhin en fournit une toile de fond parfaite. Cette fête est connue en Europe centrale et en Europe du Nord de la Scandinavie à l’Alsace. En Belgique wallone , à Namur un grand feu consume le Bonhomme hiver. C’est aussi la nuit de Walpurgis et le sabbat des sorcières qu’a décrit Goethe dans Faust (1808). Le lieu en est le massif du Brocken, situé dans le Hartz. Goethe est un passionné d’occultisme  (voir sa ballade « L’apprenti sorcier » que Paul Dukas a mis en musique et qu’à repris Disney dans Fantasia (1940). Gustav Meyrink et Heine et les Irlandais Bram Stoker (L’invité de Dracula) et Sheridan Le Fanu placent leurs romans à cette date. En musique on a le chois entre Mendelssohn, Brahms, Gounod.  Personnellement pour illustrer le sabbat des sorcières  je préfère Une nuit sur le Mont Chauve    de Modeste Moussorgski (1867) l’artiste maudit mort alcoolique, œuvre retravaillée par Rimski-Korsakov. Ces musiciens faisaient partie du groupe des cinq. qui défendaient la musique nationale russe et notamment le folklore russe. La composition  a été reprise aussi par Disney dans Fantasia. Mais l’histoire inspirée par la nouvelle de Gogol (1831) se passe la nuit de la saint Jean et non en mai.

Cette fête rejoint   les feux de Beltaine dans les pays celtiques de l’Ouest. C’est le début de la saison claire qui va durer jusqu’à Samain, le 1er novembre, marquant le retour de la la saison sombre. Si Samain est une fête joyeuse sorte de réveillon de jour de l’an et e fin de l’été  avec les fées qui sortent des tertres et offrent des quêtes aux héros, Beltaine est une fête marquée par de grands feux allumés par les druides qui marquent là aussi la victoire de la lumière. Beltaine c’est le feu (tan en breton) de Bel (Bélenos le dieu gaulois, assimilé à Apollon l’époux de Bélisama la trés brillante. Le bétail passe entre les feux pour être protégé des épidémies. Belenos est l’équivalent de l’Apollon grec lumineux et guérisseur lui aussi. Mais il faut éviter la nuit de Beltaine où rôdent des esprits et autres personnages surnaturels.

Andrzej Sapkowski, l’écrivain polonais a fait allusion à ces légendes dans la saga Sorceleur  d’où est tiré le célèbre jeu vidéo The witcher.

Mai est le mois de Maïa la déesse latine épouse de Vulcain et  amante de Jupiter d’après Ovide et mère de Mercure. C’est la déesse de la fertilité et du printemps. Tout pousse (voir le latin « maius : plus grand). Maya fait aussi penser au terme sanskrit de l’hindouisme qui désigne à la fois pouvoir de création, de magie mais aussi d’illusion. Laissons de côté pour les enfants Maya l’abeille.

Dans les pas des colonisateurs romains l’Église a récupéré ces mythes . Walpurgis doit son nom à sainte Walburge, une abbesse  d’origine saxonne née vers 710 dans le Sussex anglais qui a passée sa vie à évangéliser les peuples germains restés sur le continent. Son souvenir demeure à Walbourg prés de Haguenau. L’église invoque justement sainte Walburge pour la protection contre les sorcières et les sorts jetés aux humains et aux animaux.

C’est pour les Catholiques le mois de Marie. il était de bon ton de dresser dans les maisons croyantes  pendant tout le mois un autel orné de fleurs. La coutume est relativement récente  et officialisée en 1724.

Mais les jeunes  continuent à danser autour de l’arbre de Mai symbole de fertilité. Toutefois il est déconseillé de se marier en mai depuis les Romains car c’est le mois des esprits malins et plus prosaïquement les enfants conçus ce mois là naitraient en février, mois néfaste et surtout en des temps préindustriels mois froid et sombre où les réserves s’épuisent et où donc une nouvelle bouche à nourrir posait souvent problème.

Dans Les Très Riches Heures du duc de Berry commandé aux frères Paul, Jean et Herman de Limbourg vers 1410-1411 on voit plusieurs personnages ont des feuillages dans leur coiffure et les dames portent une robe verte. C’est la cavalcade traditionnelle du 1er mai.

Enfin le Premier mai devient ouvrier. Le 1er mai 1884 les syndicats ouvriers étatsuniens se mobilisent pour revendiquer la journée de huit heures. Cette  date a été choisie car elle correspondait au premier jour de l’année comptable des entreprises . Deux ans plus tard en 1886 n’étant pas entendus de grandes manifestations se déroulent. La grève se prolonge et le 3 mai à Chicago  lors d’un charge de la police trois manifestants sontt tués et une dizaine blessés. Le 4 mai au Haymarket square  des grévistes protestant contre les violences policières manifestent. Lors de la charge policière une bombe est lancée sur les forces de l’ordre causant parmi eux un mort puis dans  la confusion qui s’instaure sept autres policiers sont tués et plusieurs blessés. S’en suit procès et huit condamnations à mort. Quatre sont pendus le 11 novembre (devenu le Black Friday) et trois vont être graciés après six ans de prison. On soupçonne que des provocateurs se sont comme d’habitude glissés dans la foule. L’événement provoque une vive réaction internationale .

Le 20 juillet 1889 Jules Guesde et l’Internationale socialiste décident de faire du 1er mai une journée de manifestation pour la journée de huit heures.

Le 1er mai 1891 à Fourmies centre textile dans le Nord la police tire et fait neuf morts.

Le 4 avril 1941 le maréchal Pétain instaure officiellement le 1er mai comme « fête du travail et de la concorde sociale » (dans le cadre du corporatisme) et non plus « fête des travailleurs » à connotation socialiste. On ne manque pas de faire savoir que le 1er mai est aussi le jour (à l’époque) de la saint Philippe, prénom du maréchal.

Après guerre en avril 1947 la fête est ré-institué sur proposition du député socialiste Mayer et du ministre communiste Ambroise Croizat.

Sur mai plane aussi le souvenir de la Commune de Paris du 18 mars au 28 mai 1871 qui se termine par la Semaine sanglante..

Aux États Unis et au Canada la fête du travail « Labor day » reste fêtée le premier lundi de septembre depuis la première manifestation en 1882 à New York tandis que la fête des travailleurs « International Workers’ Day » ou IWD, non fériée, a lieu le 1er mai.

Il faut dans ce cadre parler de la guerre des fleurs et du combat de l’églantine rouge contre le muguet blanc.

L’églantine rouge est portée à la boutonnière par les socialistes à partir de 1899 lors de manifestations le 11 juin à l’hippodrome de Longchamp, la droite nationaliste et antidreyfusarde portant un œillet blanc.  L’églantine sera ainsi portée par les militants de gauche jusqu’au Front populaire de 1936. Ceux-là étaient appelés alors  par dérision les églantards.

La tradition d’offrir du muguet le 1er mai est plus ancienne et remonte au roi Charles IX (1550-1574), qui en avait fait un porte-bonheur. A la Belle époque, le muguet est la fleur du printemps et de l’amour etcommence à remplacer l’églantine. Cette dernière symbole de la gauche est condamnée en 1941 par Pétain qui ainsi blanchit le Premier mai.

Rappelons que le muguet est dans toutes ses parties très toxique ainsi que l’eau du vase où les tiges du bouquet ont trempé. Il est appelé au 18e siècle lys de la vallée d’où son nom scientifique latin donné par Linné : « convallaria majalis »( lys) des vallées de mai (voir en  anglais lily of the valley)

D’après wikipédia La vente du muguet dans les rues commença à Nantes après 1932.

L’églantier rouge (rosa rubiginosa) est très rustique et tolère des températures de -25°C.  Selon la légende Aphrodite (Vénus) se piqua avec les épines et son sang colora les pétales. C’est pourquoi l’églantine est le symbole de la passion. Mais le symbolisme de la fleur est trop vaste pour le décrire ici.

André MAUDET

Printemps, par André Maudet

Printemps, par André Maudet

Printemps

Printemps

Tandis qu’à leurs œuvres perverses Les hommes courent haletants, Mars qui rit, malgré les averses, Prépare en secret le printemps.

Pour les petites pâquerettes, Sournoisement lorsque tout dort, II repasse des collerettes
Et cisèle des boutons-d’or.

Emaux et camées -Théophile Gautier (1811-1872)

Ah, printemps, printemps Admirable printemps etcétéra, etcétéra.

Haïku de Matsuo Basho (1644-1695)

Que sait-on des rythmes du jardin ?
La terre respire selon trois rythmes : annuel, mensuel et journalier

La respiration annuelle dépend du soleil. Dans l’hémisphère sud cette respiration est l’inverse de celle du Nord. Le rythme mensuel est assuré par la lune et le rythme journalier par la rotation de la Terre.

Dans l’hémisphère nord où nous vivons le jour le plus court tombe le 21 décembre, jour du solstice d’hiver. La végétation est alors en sommeil. Mais le soleil va commencer à s’élever dans le ciel et réchauffer l’atmosphère .tandis que les jours rallongent et que la sève se remet à circuler. C’est le printemps et l’équinoxe du 20 mars bien sûr nommé équinoxe de printemps.

C’est le moment de tailler et de semer. Le printemps météorologique comprend les mois de mars avril et mai. C’est aussi le temps des giboulées de mars et des sautes de température. Au solstice d’été le soleil amorce sa descente. De chauds ses rayons deviennent desséchants. C’est alors le temps des récoltes.

Mais revenons au printemps. Les religions ont très souvent un substrat astronomique et placent des dates symboliques dans leur calendrier liturgique. Par exemple la religion chrétienne a placé Noël avec l’enfant Jésus, la graine qui va germer. Il y a d’ailleurs une charmante coutume provençale qui veut que dans un pot on enterre des grains de blé qui vont bien sûr à la chaleur des habitations germer rapidement. On peut d’ailleurs très bien y semer des grains de lentille. A Pâques c’est la mort et la résurrection. « Si le grain ne meurt… ». Et puis plus tard c’est la récolte aux temps chauds.

Pour rester en Europe, en russe le printemps est весна (vesna) apparenté au latin ver et Vesna était la déesse slave du printemps et de la jeunesse. On retrouve cette racine dans la
« primavera » en espagnol, portugais et italien. En moyen français prins temps : premier temps vient du latin primus tempus (à ne pas confondre avec le prime-time anglolâtre dont nous abreuve la télé). Ce mot a remplacé l’ancien français primevère dont le nom est resté à la fleur de printemps fleurissant au début de cette saison début mars. C’est aussi le sens en breton :nevezamzer nouveau temps, nouvelle saison. En allemand cela donne

Frühling composé à partir de früh tôt, l’équivalent de prime

Et le point vernal en astronomie désigne l’équinoxe de printemps.

En anglais c’est une autre racine : spring ou springtime de to spring :bondir, jaillir. On retrouve ce mot dans l’expression to spring into existence : naitre (surgir dans la vie). Spring veut dire aussi ressort et source, ce qui conforte la saison où la vie éclate.

C’est le moment où les animaux vont s’accoupler et pour les oiseaux construire des nids. Mais avant, selon les espèces, les mâles vont devoir se combattre pour pouvoir choisir les femelles. Cela est très bien rendu dans le tableau de Sandro Botticelli Le printemps (entre 1478-1482). On y voit Vénus qui a ici des analogies picturale avec la Vierge Marie, dans le jardin des Hespérides aux pommes d’or, ici des orangers, accompagnée des trois Grâces. Mercure à gauche est celui qui protège le jardin avec son caducée, bras levé. Et Cupidon l’amour aveugle flotte au dessus. A droite la nymphe Chloris va être violée par Zéphyr (le vent d’Ouest doux et léger, en argot français le zef c’est le vent). Chloris va alors se transformer en Flore couverte de fleurs. Ils vont s’épouser et avoir un fils Karpos dont le nom veut dire fruit en grec.

N’oublions pas les hirondelles qui reviennent de leur hivernage en Afrique en parcourant jusqu’à 10.000 à partir du Cap. Y’a d’la joie chante Trenet. Malheureusement elles sont en très fortes régression.

Et il ne s’agit pas uniquement de lutte pour l’accouplement car en mai les luttes politiques surgissent. Rimbaud le disait déjà au temps de la Commune de 1871.qui a duré de mars à mai avec une ironie amère ((Picard fut un ministre versaillais) :

Le Printemps est évident, car
Du cœur des Propriétés vertes,
Le vol de Thiers et de Picard
Tient ses splendeurs grandes ouvertes …/…

« Pensez printemps » a dit le lointain successeur de Thiers.
C’est le « Temps des cerises » (écouter Mouloudji ou son duo avec Nana Mouskouri).

Pour ma part comme symbole le préfère le prunier dont la fleur blanche sur le bois pas encore feuillu est d’une grande élégance et la petite primevère qui après le crocus annonce de futurs beaux jours. Le perce neige du début d’année est déjà oublié tandis que le camélia ouvre déjà ses fleurs avec à son pied jonquilles et jacinthes déjà fleuries (Hyacinthe était le jeune amant de Zéphyr qui était bisexuel comme beaucoup de dieux – voir ci-avant Chloris). Et les violettes commencent à fleurir au pied du quetschier.

Ah, j’oubliais : le 23 avril « A la Saint Georges sème ton orge » selon le dicton alsacien (Georges en grec GewrgoV veut dire travailleur de la terre, laboureur, voir les Georgiques de Virgile, un écrivain romain). Bénéficiant d’un cycle végétatif court l’orge de printemps sera fauchée environ 105 jours plus tard à la mi-juillet pour être séchée par le malteur puis brassée. Le 23 avril est le premier jalon du cycle de la bière , on indique ici le cycle traditionnel. On en reparlera. C’est aussi le dernier jalon car au bout d’un an on obtient la bière de mars, la première bière de la nouvelle récolte et à Munich c’est la fête de la bière Frühjarhrsbierfest à

ne pas confondre avec la Oktoberfest. Bière et vin sont les deux boissons qui en France unissent le Nord et le Sud avec le cidre à l’Ouest qu’on retrouve dans le Devon terre d’origine de beaucoup de Bretons de Domnonée qui ont émigré au 8e siècle en Petite Bretagne lors de l’invasion de la Grande Bretagne par les Anglais.

Il y a tant à dire sur le printemps. Terminons sur une note gastronomique. A propos de la bière que l’on vient d’évoquer on utilise les souches de houblon qui donnent une trentaine de pousses en avril-mai. Les jets peuvent être consommées comme « asperges de houblon », un plat qui fait pendant aux asperges qu’on cueille à Pâques dans les collines entourant Marseille, au pied des vieux murets ceinturant les champs d’oliviers du côté de chez Pagnol.

André Maudet

Compte rendu de l’Assemblée Générale 2020

Compte rendu de l’Assemblée Générale 2020

Jardin Guinguette de la Dhuys à Bagnolet    

Dimanche 14 mars 2021 à 14h

Assemblée Générale

L’assemblée s’est tenue avec 28 adhérent.e.s présent.e.s. : Laurence B, Pierre, Hélène, Martine, Maurice, Laurence F, Bernadette, Annick, Catherine, Didier, Roland, Jacqueline, Emmanuel, Isabelle, Sylvie, Teresa, Robert, Chantal, Nawel, Pascal, Philippe, Claudio, Baptiste, Eric, Alina, Pierre, Annie, Antoine.

L’ordre du jour était le suivant :

  • Bilan de l’année 2020

Le Jardin, en 2020, a été un refuge après et pendant le confinement.

La fête de la Musique 2020 a été une réussite dans le respect des gestes barrières. La fête du jardin a été reportée à 2021.

Le jardin d’eau a été finalisé en septembre. Il nous reste à l’aménager de fontaines, d’espaces ouverts et d’attendre la pousse des plantes.

La Serre a été installée le 24 février 2021, un nouvel espace, un projet innovant, un nouveau souffle au Jardin. Elle nous permettra une autonomie sur les semis, sur les plans, la diffusion de technique de jardinage et une ouverture à la végétalisation du quartier par les habitants.

La Taille et le Palissage des arbres ont été réalisés par Philippe et Maurice.

Le nombre d’adhérents du Jardin, Fin 2020, est de 129 humains, 2 hérissons, beaucoup d’oiseaux,  des grenouilles, des vers de terre et nos abeilles, et tou.te.s nos ami.e.s non nommé.e.s.

La contexte sociologique reste divers : intergénérationnelle du berceau à plus de 80 printemps, nous constatons aussi un renouvellement constant des jeunes parents autour du bac à sable, des parcelles et du compost.

La zone de gratuité reste ouverte à tou.te.s en don et partage.

Un repas partagé et convivial chaque samedi midi, 40°, neige, bourrasque, pluie de scarabées, rien ne nous arrête.

Notre Jardin est aimé et respecté. Chaque jour, chaque heure, il est habité.

Les enfants et adultes passionnés par les ateliers jardinage le dimanche à partir de 15 heures dès l’automne.

  • Objectifs 2021

Reprise des ateliers jardinages le dimanche à partir du 21 mars 2021 (semis, repiquage, organisation parcelles).

Action éducation environnement suspendue par la pandémie, il y a une reconnaissance positive de l’école élémentaire sur l’information transmise par le Jardin guinguette de la Dhuys et par les enseignants qui accueillent les petits de la maternelle.

Fête de la musique 2021 Plateau ouvert -suivant les règles en vigueur- le 21 juin 2021 à tous les musiciens différents lieux possibles dans le jardin.

Et dès que possible la fête du jardin.

  • Demande de subvention 2021

La demande de subvention 2021 a été transmise à la Mairie de Bagnolet. Nous avons un projet spécifique en cours concernant la rénovation de la zone de compostage. Un devis a été établi par l’association Extra-Muros. Nous sommes dans l’attente d’une subvention de 2700 €.

  • Adhésions et reprise des parcelles pour 2021

A ce jour nous sommes 93 adhérents – 30 parcelles individuelles ont été attribuées – Nous disposons de 6 parcelles collectives – et une parcelle très ombragée neutralisée. La liste d’attente d’attribution des parcelles comporte 13 personnes. Les parcelles non renouvelées d’ici fin mars seront réattribuées en avril.

  • Trésorerie

Au 14 mars 2021, nous sommes 93 adhérents, soit un total de cotisations de 1720 €  plus 81 € de dons. Paiement de l’assurance fait 127 euros,

Premier acompte de la serre débité 1981 euros. La subvention Mairie non comprise, comme les années précédentes elle sera probablement versée sur les mois d’aout/septembre. Solde banque fin février 7912 euros.

Solde réel créditeur : en ajout, les remises non créditées 373 euros, A déduire, les chèques non débités (compris le solde serre 2971 €) le remboursement total des Prêts 2050 euros, l’estimation des consommables  320 €, Il reste un solde arrondi à 1680 euros.

Les membres du bureau vous remercient pour la solidarité témoignée en dons et prêt à la Guinguette.

  • Perspectives 2021

Fête de la musique

Fête au jardin

Ateliers jardinages par saison : les semis, les plans Reprise le dimanche 21 mars 2021 à 15 heures.

La Sardine bleue auto-réparation de vélos chaque 2ème samedi du mois, ouvert à tou.te.s.

Action Education Environnement nous avons repris contact avec l’école.

Mobilisation arrosage de la serre et du jardin durant l’été

Réduction des déchets zone de gratuité

Serre Le Crédit mutuel a fait un don de 750 euros au jardin pour la serre. Le JGD a signé une convention avec le Crédit Mutuel 12 rue Sadi Carnot à Bagnolet. Les adhérents qui ouvriront un compte dans cette agence bénéficient d’avantages particuliers et l’association reçoit à chaque fois 50 euros. Une plaquette est à la disposition des adhérents pour réaliser cette ouverture de compte privilégiée.

  • Expérimentation

Une expérimentation de structuration des tâches et lieux, à effectuer et à entretenir, par l’intermédiaire d’un tableau, est mise en place.

  • Nos chantiers

Chalet : De petites réparations sont nécessaires (gouttières et planches de rive). L’éclairage zénithal du chalet est à l’étude.

Réaménager le coin enfant (achat de sable)

Toit des toilettes à refaire

Cuisine : toit à changer (budget 2022)

Guinguette : plexi glace côté ouest

La période de travaux se programme en mai, juin, juillet et septembre (affichage sous la Guinguette et site)

Nous envisageons de changer l’entrée du Jardin avec un portail (proposition mairie ou design ou autre ?). A réfléchir,

La pose d’un dispositif de dynamo pour alimenter un petit éclairage.

Il faut envisager la récupération de deux récupérateurs d’eau pour stocker  l’eau de la toiture de la serre.

  • Divers

la Mairie de Bagnolet nous a sollicité pour une action tous au compost de type visite du jardin et de la zone de compostage du 27 mars au 10 avril 2021 les samedis et dimanches. https://www.semaineducompostage.fr/template/images/thumbs/Tous-au-compost-2021-Affiche-A4.thumb.jpg

Antoine : propose de vérifier l’entretien de la cabane des enfants.

Annick : souhaite rappeler à l’ensemble des adhérents que la nourriture pour chat dans la cuisine est dédiée à Guinguette. Par ailleurs, elle souhaite améliorer l’habitat de Guinguette sous la Guinguette. Un projet est à l’étude par Maurice et Annick  puis soumis au bureau et aux adhérents avant exécution.

Maurice : informe les personnes intéressées par les chantiers par un affichage des dates prévues sous la Guinguette et confirme la mobilisation le samedi de 11H à 17H30.

Les ateliers jardinages les adhérents présents accueillent les nouveaux arrivants. Semis, arrosage avec eau des récupérateurs, compost,

La zone de gratuité reste ouverte à tou.te.s le samedi de 11H à 17H dépôts et retraits.

L’ouverture au public le samedi reste restreinte. Nous observerons les recommandations sanitaires.

Le bureau


Assemblée Générale du Jardin – Dimanche 14 mars à 14h

Assemblée Générale du Jardin – Dimanche 14 mars à 14h

Chers adhérents,

Nous avons le plaisir de vous inviter à l’ASSEMBLEE GENERALE de notre association le Dimanche 14 mars à 14h, au Jardin Guinguette de la Dhuys, 59 av. de la Dhuys Bagnolet


Ordre du jour :

  • Bilan de l’année 2020
  • Demande de subvention 2021
  • Adhésions et reprise des parcelles pour 2021
  • Trésorerie
  • Perspectives 2021
  • Participation par zones : Tableau de répartition
  • Nos chantiers : Chalet, composteur, aménagement serre et jardin d’eau…
  • Divers : participation « Tous au compost », Guinguette (chat)…

L’Assemblée se terminera comme d’habitude par un pot de l’amitié !


Comptant sur votre présence,

Cordialement,


Laurence Bertel,

présidente de l’association

Renouvellements des adhésions 2021 : samedi 6 février

Renouvellements des adhésions 2021 : samedi 6 février

L’installation de notre serre a pris un peu de retard et elle sera livrée la semaine prochaine. Par conséquent nous avions annoncé un rendez-vous Galettes et renouvellement des adhésions pour samedi prochain mais nous décalons l’évènement au samedi 6 février pour avoir le plaisir de découvrir la serre et fêter ce renouveau tous ensemble.


Un grand Bravo à l’équipe qui a préparé le terrain pour accueillir la serre, c’est un superbe travail ! Beaucoup d’entre nous, veillons à l’entretien et l’aménagement de notre jardin et cela marque la vitalité et le lien de bienveillance que nous portons à notre projet utopique et bien réel qu’est notre jardin.


On compte sur vous pour se retrouver Samedi 6 février à 14h pour déguster Galettes et autres gourmandises et relancer notre activité pour l’année 2021 avec la reprise des adhésions !

L’ancienne serre en mouvement …

L’ancienne serre en mouvement …

Que de monde pour déplacer l’ancienne serre ce samedi ! Quelques images de cette traversée du jardin …

La nouvelle serre ne va pas tarder à arriver, et l’ancienne est désormais installée à l’entrée du jardin, permettant d’accueillir la zone de gratuité.

Réunion du 26 novembre 2020

Réunion du 26 novembre 2020

Compte rendu

  1. Animatrices-Animateurs de zones
    Afin de mieux gérer les différentes dimensions, secteurs et activités au jardin, il est proposé que des adhérent.e.s, sur la base du volontariat, prennent en charge personnellement et/ou en petits groupes le souci de leur fonctionnement. Ainsi une quinzaine de « zones » ont été identifiées comme par exemple : Espaces des enfants (bac à sable, cabane perchée), entretien (ménage) de la guinguette et de la cuisine, la mare, les arbres…).
  • Ainsi il est décidé qu’un tableau sera accroché dans la guinguette pour s’inscrire dans les différentes propositions de « responsabilités » et ainsi créer une vigilance et une implication particulière par petits groupes d’adhérents. Un mail sera aussi adressé à tous les adhérent.e.s sur la liste de discussion GoogleGroups.

2. Zone de compostage
Après le refus d’Est Ensemble de financer notre zone de compostage.
Il s’agit d’un devis de 2 700 euros pour une prestation de l’association Extra-muros qui se charge de la mise en œuvre complète du chantier participatif (achat de la matière d’œuvre et fabrication sur place).

  • Il est décidé de nous adresser au Syctom agence métropolitaine des déchets ménagers (Bernadette).

Clodine va également solliciter l’Ademe.

3. Bilan des travaux
Les travaux que nous avions programmés et engagés ces derniers mois sont aujourd’hui terminés.
Les prochains sont des travaux d’entretien : gouttières du chalet, tôle de la cuisine et fermeture des « trous » dans les tôles entourant les piliers de la guinguette (liste non exhaustive).

  • Il est décidé de consulter Antonio pour les « trous » de la guinguette.
  • Il est décidé de traiter les grandes tables au printemps (ponçage et vernissage).
  • Il est décidé de réaliser un inventaire des outils cet hiver.

4. Jardin d’eau

  • Il est décidé d’installer du mobilier modulable (type cubes…) pour permettre l’usage polyvalent de l’espace (contemplatif, activités douces, les plus petits, poésie, concert acoustique, chant…)

5. Bilan trésorerie et réalisation du budget

La trésorerie est aujourd’hui de 4 500 €

Reste à engager jusqu’à la fin de l’exercice environ 500 €

Ce qui permet de reporter environ  4 000 € sur l’exercice 2021.

Cette somme représente un fonds de réserve mobilisable pour l’achat de la serre.

6. Serre

Il est prévu de réaliser la serre en février après le lancement de la campagne d’adhésions en janvier 2021 et la rentrée de fonds correspondante.
Une demande d’aide financière a été adressée à notre banque le Crédit Mutuel.
D’autres sollicitations sont encore possibles évidemment.

7. Points divers

L’Atelier Réparation de vélo a remporté un franc succès et nous poursuivrons tous les mois avec les sardines bleues.

Nous souhaiterions poursuivre le trombinoscope mais nous aurions besoin d’un gestionnaire pour réaliser ce bel outil pour mieux nous identifier.

Une réflexion est en cours pour rénover le portail, le surélever notamment avec des matériaux déjà présents au jardin (grille, plaque métallique…) ou don.

Le thème des « sorties » a été évoqué mais nous reprendrons cette réflexion lorsque la situation sanitaire s’améliorera.

Réunion du Jardin, le lundi 26 octobre à 18h

Réunion du Jardin, le lundi 26 octobre à 18h

Association JARDIN GUINGUETTE DE LA DHUYS 59 avenue de la Dhuys 93170 Bagnolet 

  • Présidente : Laurence BERTEL
  • Vice-président: Claire LAVILLE
  • Trésorière : Martine HENNEQUIN
  • Secrétaire : Hélène ZANIER
  • Secrétaire-adjointe : Bernadette BERGONZI
  • Communication : Laurence FOLIE

Bonjour à tous et à toutes,

La prochaine réunion des adhérent(e)s et du  Conseil d’administration se tiendra le 26 octobre 2020 à 18h à 20h15

A la Maison de Quartier (30, avenue de la Dhuys à Bagnolet)

ORDRE DU JOUR :

1 – Présentation des postes de participation des adhérents

2 – projet de rénovation de la zone de compostage

3 – Bilan des travaux

4 – Jardin d’eau : aménagement, achats à prévoir

5 – Bilan trésorerie, perspectives

6 – Serre : Programme d’activités, financement, mise en œuvre

7- Divers

Pour le bureau

Laurence Bertel, présidente

Tous les adhérents et sympathisants qui voudront participer à cette réunion seront les bienvenus. N’oubliez pas d’apporter un verre pour partager une boisson ensemble

Le compte rendu est disponible ici : Réunion du 26 novembre 2020